Visite de Guy et Joëlle Zeller

Guy et Joëlle Zeller

Mercredi 29.03.2017 à Lapalud : La capacité spirituelle des enfants

Le but est d’amener les enfants plus proches de Dieu et pas seulement de leur transmettre la connaissance. Il ne faut pas négliger le potentiel spirituel des enfants à expérimenter Jésus.
Matthieu 18.10 = gardez-vous de mépriser les enfants
1 Samuel 17 : La rencontre entre David et Goliath. Goliath le méprisa car il ne vit en lui qu’un jeune enfant.
Mépriser = mettre en boîte
Mépris = un regard qui maudit, enferme
Attention, même si nous aimons les enfants, nous pouvons les mépriser en sous-estimant leur capacité spirituelle.
En général, les enfants ne se perçoivent pas ainsi : « Je ne suis qu’un enfant » sauf si on leur a dit ou selon notre comportement non-verbal.

1. Chaque enfant naît avec une destinée

Jérémie 1.5 => Appel de prophète
Chaque enfant est différent et chaque enfant à un appel particulier ; et donc l’accompagnement va être différent selon chacun.
Psaume 139 => Dieu connaît chaque enfant et il a un projet pour chacun d’eux, même les enfants en difficulté (hyperactifs, autistes, enfants abandonnés ou issus d’un viol…). Ex : Petra (groupe de musique chrétienne) = enfant abandonné dans une poubelle et recueilli par un pasteur.

2. Chaque enfant a la capacité de connaître Dieu

1 Jean 2.14 « Je vous ai écrit jeunes gens »
1 Jean 2.18 « Petits-enfants »
Matthieu 19 : Jésus reprend /gronde les disciples
Que fait-on quand Dieu ne dit rien d’autre ? On obéit à la dernière chose qu’il nous a dite.
L’enfant peut venir directement jusqu’à Jésus. Il faut leur donner l’occasion d’expérimenter, d’écouter la voix de Dieu. Ils peuvent se tromper. Par ex. croire qu’écouter ses désirs (je veux un bonbon) c’est écouter la voix de Dieu. Dans ce cas, il faut leur expliquer en s’appuyant sur la Parole de Dieu. Il ne faut pas faire l’intermédiaire afin qu’ils puissent apprendre à dépendre de Jésus.
Croyez dans les enfants, leur potentiel
C’est important qu’ils puissent apprendre à être dépendant de Dieu dès le plus jeune âge.
Les conduire à écouter la voix de Dieu

3. Dieu a des secrets qu’il désire partager avec les enfants

Matthieu 11.25-26
Quel est la première fois que Jean-Baptiste a rencontré Jésus ? Dans le ventre de sa mère et il a tressailli.
Les enfants ont cette capacité de goûter et d’écouter le Saint-Esprit. Il n’existe pas de version « mini Saint-Esprit ».
Il est essentiel de leur apprendre à écouter la voix de Dieu car nous ne sommes pas toujours avec eux.

4. Les enfants dans la louange

Il y a une puissance dans la louange des enfants.
Psaume 8.3 « Par la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle »
La présence de Dieu n’est pas ennuyeuse. Si les enfants trouvent la louange ennuyeuse, c’est peut-être qu’on fait la louange sans la Présence de Dieu.
Psaume 100 : Comment les amener à goûter la Présence de Dieu ?
a) La Reconnaissance : entrer dans la louange avec reconnaissance
b) La Louange : entrer dans ses parvis
c) L’Adoration

Il faut persévérer pour voir la vision se réaliser. Les attentes peuvent être grandes entre la réalité et la vision. Ça prend du temps mais il vaut mieux persévérer plutôt que de baisser les attentes.
Il faut les former pour qu’ils voient que la louange c’est aussi pour eux.
Genèse 21 : Agar et Ismaël
« Car Dieu a entendu la voix de l’enfant » (v17) ; pas la voix d’Agar.
Dieu aime quand les enfants s’expriment de tout leur cœur. Dieu recueille la voix de l’enfant. Il y a une puissance dans l’intercession des enfants. A travers des gestes pratiques, on peut prier sans voir le temps passé mais il ne faut pas non plus que les gestes avec les chants soient systématiques. Il faut conduire les enfants dans l’intercession.
2 Rois 5 : la petite servante de Naaman
Dans sa situation (esclave), la logique est de faire profil super bas, en mode survie. C’est incroyable ce qu’elle a fait. Elle n’a pas eu peur de partager son cœur. Le témoignage des enfants ouvre les cœurs. Il faut leur apprendre à voir que Dieu est présent dans telle ou telle situation.
Jean 6 : le petit garçon aux 5 pains et 2 poissons.
Le regard de Jésus est différent (contrairement aux disciples) sur ce que les enfants ont à donner ; et il veut que nous ayons le même regard : la spontanéité des enfants à donner.
Il faut créer l’espace pour que Jésus rencontre les enfants et alors il y aura multiplication.
Charles Spurgeon a dit : « Ne craignez pas la précocité, craignez l’indifférence ».
L’indifférence : souvent c’est qu’il y a eu un arrière-plan de religiosité qui est venu détruire cette soif de Dieu. Il n’y a pas besoin de créer du contenu pour que ça soit intéressant. La présence de Dieu n’est pas ennuyeuse !!!

Voir 16H d’enseignement pratique sur le site http://www.famillesdefoi.ch/
Voir le livre de Guy Zeller « Une vision pour les enfants dans l’église »

Jeudi 30.03.2017 à Lapalud : La famille, une rampe de lancement pour nos enfants

Quand Dieu parle à l’église, les enfants aussi sont concernés. Charles Spurgeon s’est converti parce qu’un vieux pasteur a vu son potentiel et a investi en lui. Il l’a formé et à 11 ans, Charles Spurgeon prêchait. Laissons la place aux enfants. Le message de l’enfant n’est pas obligé d’être long. Le premier message de Charles Spurgeon devait être de 2 minutes.

Deutéronome 6.6
On peut pécher contre le projet initial de Dieu. Aujourd’hui, la mentalité des parents dans l’église c’est « Faîtes ce que vous voulez avec nos enfants le dimanche matin du moment qu’ils sont pris en charge ». La formation de la génération future commence dans la famille, dans la vie quotidienne.

Zachée est monté dans l’arbre. Il a une attente. Jésus lui dit cette parole bouleversante : « hâte-toi de descendre car aujourd’hui il faut que je demeure dans ta maison ».
Demeure = Tabernacle, que je mette ma présence
Maison = en grec même mot que famille
Jésus veut demeurer dans notre famille.

1. La base : la famille incarne l’ADN, les valeurs de l’église

Aujourd’hui, on sépare la sphère privée et la sphère publique. Certains sujets sont tabous dans l’église. Par ex. la famille. Il y a le côté culturel aussi. La famille, c’est là où nous pouvons être nous-mêmes. A l’extérieur (église, travail…) nous pouvons mettre un mur de façade. Cette tendance à séparer la sphère privée et la sphère publique peut blesser les enfants. Ex : un père pasteur qui est doux à l’église mais une fois chez lui se met facilement en colère. Aujourd’hui, il n’existe aucun lien entre la vie publique et la vie privée. Dicton : « Ce que tu es, crie tellement fort que je n’entends pas ce que tu dis ». C’est notre témoignage de vie avant nos leçons qui vont plus toucher les enfants. D’où l’importance que notre image publique soit cohérente avec notre image privée.

2. Ce principe dans l’église que tout commence dans la famille

1 Timothée 3.4-5 => savoir diriger sa propre maison
Pourquoi la famille est-ce aussi important ? Parce que si on sait prendre soin de sa famille, Dieu n’aura aucun mal à nous confier l’épouse de Christ. Certains hommes de Dieu sont des « têtes » et il leur faut des paroles dures parfois.
Dieu a dit à Derek Prince : « Tu sais Derek, même si tu obtenais toutes les victoires pour mon royaume, si tu échoues dans ta famille, pour moi, tu auras échoué point. » Plus tard, Derek Prince a écrit : « Si l’évangile ne fonctionne pas dans la famille, il ne fonctionnera pas dans le monde. » Car tu ne fais pas alliance avec le monde mais tu fais alliance avec ta famille.

3. La sanctification se fait à la Maison

Ex : c’est dans la famille qu’on apprend à gérer les conflits. On apprend par osmose, par imprégnation de la culture familiale. Les enfants sanctifient les parents et les parents sanctifient leurs enfants. En hébreu, le mot « mariage » signifie « sanctification ». Le fer aiguise le fer et l’amitié aiguise les personnalités.
Voir le livre de Gary Thomas « Vous avez dit oui à quoi » et son sous-titre « Et si Dieu avait imaginé le mariage aussi pour vous rendre saint »

4. La famille : lieu de service et de sécurité, et aussi centre de ministère

Arnak Dalalyan (?), auteur non croyant, a écrit un livre sur l’église primitive et explique la Croissance de l’église car chacun incarnait l’église dans son quartier. Aujourd’hui, la famille est un refuge. Avant la famille était ouverte sur les voisins seuls, les serviteurs et les servantes, sur l’hospitalité « L’étranger dans ta maison » …Il faut apprendre à servir Dieu en famille. Les enfants sont impliqués dans les décisions. Ex : Où part-on en vacances cette année ? Dans la famille, on veut faire de l’espace pour que leurs dons puissent s’exprimer. Ex : certains enfants sont sensibles à l’injustice, d’autres ont un cœur pour la mission, pour les orphelins… Comme Marie, nous repassons en nos cœurs les choses qu’on voit.
« Dieu ramène le cœur des pères à leurs enfants et le cœur des enfants à leurs pères »
« Crois au Seigneur Jésus et toi et ta famille, vous serez sauvés »
« Je ramènerai les enfants captifs »
La famille est au cœur du plan de Dieu pour sauver la jeune génération.
Il n’y a rien de plus au monde qui nous confronte à nos limites que la famille/ le couple.
Demander à Dieu : Quel est le pas suivant ?
Voir le livre de Guy Zeller « Une vision pour la famille »
Blog famille Zeller http://famillezeller.blogspot.fr/

Vendredi 7.04.2017 à Toulouse : Notre regard sur les enfants doit changer

Voir les enfants comme Dieu les voit, chacun d’eux avec son potentiel, sa destinée.
Demander pardon pour notre regard méprisant sur certains enfants avec lesquels nous avons moins de patience.
Joël 2.28 « Je répandrai mon esprit sur toute chair »
Toute = hommes, femmes, enfants
Actes 2.1-21
Samedi 8.04.2017 (matin) à Toulouse : La louange
Paroles de connaissance durant le temps de louange

2 Rois 5
Naaman avait déjà tout planifié dans sa tête, il avait mis Dieu en boîte et il aurait pu passer à côté d’une bénédiction de Dieu s’il n’avait pas écouté son serviteur (v13). Il lui a fallu une certaine humilité, lui général de guerre, apprécié du roi de Syrie, pour écouter un simple serviteur.
Un caractère têtu nous empêche de recevoir une bénédiction que le Seigneur veut nous donner

Esaïe 54.2 « élargis l’espace de ta tente »
Dieu a bien plus à nous donner durant ce weekend. Accepte de te laisser élargir afin d’entrer dans des choses nouvelles.

Message de Guy Zeller

Parfois on passe par des temps de désert où il est difficile de trouver Dieu, de sentir sa présence. Mais Dieu voit le cœur qu’on met à le chercher et il se réjouit.
Louange = ce qui sort de nos lèvres
Hébreux 13.15
Dieu amène la louange au travers des arts divers (peinture, sculpture…)
Dieu amène des choses nouvelles.

Jean 4.20-21 Nous adorons ce que nous connaissons car le salut vient des Juifs (la femme samaritaine)
Les enfants vont adorer ce qu’ils connaissent de Dieu. Donc l’adoration va de pair avec la croissance de la connaissance de Dieu.

Attention : on peut adorer la louange. Parfois, on adore la louange elle-même (les chants, la musique…)
Apprendre la louange aux enfants, ce n’est pas juste leur apprendre à chanter. La louange c’est beaucoup plus que cela. La louange, c’est pour la gloire de Dieu. Ephésiens 1
Psaume 8.3 Dieu veut poser sa gloire sur la bouche des enfants.
Problème : Où sont les enfants pendant la louange ?
Jésus n’est pas dérangé par la présence des enfants. Acceptons donc d’être dérangé par les enfants. La gloire descend quand les enfants sont là. Il y a une puissance dans la louange des enfants.
3  bases avant d’aller plus loin dans le combat spirituel pur et dur avec les enfants
1) Sont-ils des adorateurs ? Car l’adoration fait fuir l’ennemi
2) Marcher dans l’esprit opposé. Ex : encourager ses camarades même si les autres se moquent d’eux.
3) Obéissance au Saint-Esprit sans peur des hommes, du jugement, des conséquences.
Dieu utilise les choses faibles pour confondre les sages. Donc, l’ennemi a tout intérêt à ce que l’Eglise ne réalise pas le potentiel des enfants. Mais quand les enfants se lèvent dans l’adoration, alors l’ennemi tremble.
Matthieu 21 : L’entrée de Jésus à Jérusalem
Les enfants crient « Hosanna au fils de David » (v15) qu’ils ont entendu de leurs parents lors de l’entrée de Jésus à Jérusalem. Les enfants apprennent par imitation. L’esprit familial descend sur les enfants. Les enfants ont commencé à louer quand ils ont vu les guérisons de Jésus. Les enfants ont loué Jésus quand ils ont vu Jésus agir. Les enfants n’ont aucun problème à louer Dieu quand ils voient Jésus agir. C’est une louange libérée, exubérante, qui dérange les pharisiens, les adultes.
Approche progressive pour vivre la Présence de Dieu
a) La Reconnaissance. On est tourné vers les actions de Dieu.
b) La Louange. On est tourné vers la personne de Dieu, vers ses qualités.
c) L’Adoration. Je me retrouve face à face avec Dieu et il n’y a plus rien d’autre qui compte. Je me concentre sur Dieu. Je rencontre Dieu. Il m’ouvre la porte.
Psaume 22 « Dieu siège au milieu des louanges de son peuple »
Psaume 100.4 Les enfants aiment la louange, la Présence de Dieu mais ils détestent la louange ennuyeuse, religieuse. Pourquoi forcément les gestes avec les chants ? La Présence de Dieu n’est pas ennuyeuse. Une louange religieuse, sans Dieu, peut amener la mort spirituelle.

Exode 33.15 Pourquoi n’y a-t-il pas la Présence de Dieu ?
Selon les âges
a) 0-6 ans les enfants apprennent par imitation
b) 6-12 ans Période de latence émotionnelle où les enfants sont stimulés plus par l’intellect ou le physique. Les émotions sont mises de côté.
c) Vers 12-13 ans les émotions reviennent. Les hormones se réveillent

Notre idéal : Vivre la Présence de Dieu avec les enfants
Quand l’idéal ne correspond pas avec la réalité, il existe 2 solutions :
1. Baisser notre idéal pour que ça corresponde avec notre réalité
2. Persévérer jusqu’à atteindre notre idéal
La louange ne transforme pas. Allez jusqu’à la percée. N’abandonnez pas vos rêves. N’abaissez pas vos rêves !
Aller jusqu’à la percée demande du courage. Dieu renouvelle notre vision car on a tendance à se décourager en ne voyant rien arriver. C’est humain. Le temps éteint nos rêves mais le Seigneur vient ranimer nos rêves. Allons jusqu’à la percée ! Je n’ai pas à mériter mais je m’attends à la faveur de Dieu.
Vivre la Présence de Dieu, adorer Dieu pour réjouir le cœur de Dieu
Préparer son cœur avant tout. L’onction vient car il y a la préparation du cœur avant la louange, moment où le cœur est nettoyé. Se réconcilier avant de s’avancer vers le trône de Dieu. Si l’on veut la présence de Dieu, la préparation du Cœur est incontournable. Ex : à Bethel Church, il y a l’onction car ils ont développé la culture de l’honneur où ils ne laissent pas des choses non résolues, des querelles.
Ancrer les enfants dans la Parole de Dieu
Au début c’est difficile mais il ne faut pas mettre de jugement, ne pas forcer les choses mais être patient et se laisser conduire par Dieu.

Samedi 8.04.2017 (aprèm 1ère partie) à Toulouse : Le Dieu des générations

Dieu se décrit comme « le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ». Pourquoi ? Car il est le Dieu des générations.
Jésus ne dit pas : « Jean, tu prends les 0-3 ans ; Matthieu les ados… et moi je prends les adultes ». Ce n’est pas ce qui est écrit ; et pourtant c’est ce que nous faisons depuis des centaines d’années.

1. Un Dieu qui construit dans les générations.

Nous sommes entre 2 générations. Immense privilège et immense responsabilité. Nous faisons tous partis d’une famille. La famille est une idée de Dieu. Ce n’est pas une idée humaine. Nous n’avons pas juste la responsabilité « d’élever » la jeune génération du mieux que nous pouvons, en lui donnant l’espace nécessaire pour s’exprimer, tout en se disant qu’à leur majorité nos enfants feront ce qu’ils voudront. Non, j’ai la responsabilité de préparer la future génération à devenir les intendants de ce que Dieu a déposé dans ma propre génération au travers de mes pères. Nous avons un héritage familial :
Héritage négatif : on le détecte et on a le pouvoir de le briser dans le nom de Jésus
Héritage positif : qui nous permet d’identifier notre appel

2. Le transfert générationnel, une histoire de cœur

Nous avons une histoire et c’est tellement important de la transmettre à la génération qui vient.
Course de relai (Hébreux 12)
Le moment le plus important dans une course de relai : se retrouver et se regarder pour passer le témoin.
Nous sommes à une génération de l’extinction de l’Eglise si nous n’investissons pas dans la jeune génération.
Un cœur à cœur dans les 2 sens. Que les enfants sachent aussi des choses de nous. Partage. Prendre le temps dans la relation. Notre responsabilité c’est d’ouvrir notre cœur, pas celui de l’autre.
Malachie 4.5-6
Le S.E. se réjouit de restaurer les relations
Actes 2.17 Image de la Cible et de la flèche
La flèche est utile pour atteindre le cœur de la cible.
Les enfants sont la pointe de la flèche c.à.d. tranchants, maladroits, abruptes, qui dérangent. Les enfants prophétiseront.
Ce verset nous présente 3 générations :

  1. Les fils/filles
  2. Les jeunes gens = toutes les personnes en âge de travailler (18-65 ans en France)
  3. Les vieillards

On peut les comparer aux 3 parties d’une flèche : la pointe – la hampe – les plumes
Les jeunes gens ont l’énergie et le savoir, les compétences. Le problème : l’orgueil peut venir car « c’est nous qui faisons tourner le monde ».
La pointe sans la hampe : elle tombe
La pointe et la hampe ensemble : elles peuvent toucher la cible mais sans se planter dedans.
La pointe, la hampe, les plumes : OK car les plumes vont vibrer et équilibrer.
Les plumes = appui de sagesse, stabilité. Problème : aujourd’hui on parque les vieillards dans les maisons de retraite. On les cache sans jamais les visiter.
Les générations ensemble : la flèche atterrit dans la cible et comme on a le plus grand archer, Jésus, nous atteignons le centre et nous gagnons le plus de points.
Le Centre = la vision de l’église. Mais les enfants sont-ils au courant de la vision de l’église ?

3. Des idées pour construire ensemble

Développer la culture de l’honneur pour développer le lien entre les générations. Développer le Royaume de Dieu ça commence par l’importance de dire « Bonjour » aux plus jeunes et aux plus âgés.
Servir ensemble. Ex : ramasser les déchets ensemble dans le cadre du programme « Toulouse, j’aime ma ville ».
Que chaque génération reconnaisse ses limites et là où elle a besoin des autres, et aller chercher les plumes, ce que je n’ai et ne suis pas.
Créer des ponts et des plateformes pour se rencontrer
Psaume 78.5-8
Deutéronome 32.46-47 Une question de vie ou de mort. Encourager les hommes à ouvrir leur bouche, sur ce qu’ils vivent. 1. N’hésitez pas à raconter des histoires même si vos enfants sont très jeunes et que vous êtes en train d’allaiter. 2. Planifiez ces moments sinon vous allez vous les faire voler.

Samedi 8.04.2017 (aprèm 2ème partie) à Toulouse : Un cœur pur

Parfois, on a tellement de questions à poser à Dieu qu’on en oublie de lui demander : « Seigneur, comment va ton cœur ? » Ensemble, on a une meilleure image de Dieu car je vois en l’autre une facette de Dieu que je n’ai pas. La richesse d’être ensemble.
Psaume 24 : Qui a la possibilité d’aller au centre de la cible ? On peut seulement par Jésus. Il faut un cœur pur avant d’aller au centre de la cible. Avant d’offrir notre offrande, on dépose là notre offrande devant l’autel et on va se réconcilier avec notre frère/sœur. Matthieu 5.23-24
Devenons des détectives de la Présence de Dieu et recherchons les qualités de l’autre. C’est la définition de la louange = dire les qualités de l’autre. Cultivons cette culture de l’honneur. Honorons-nous les uns les autres.